Je ne suis pas hypersensible

MON hypersensibilité

J’inaugure cette nouvelle catégorie d’articles en vous exposant ma vision de l’hypersensibilité. Etre hypersensible est ce une nouvelle étiquette à porter ? Une nouvelle case à occuper ? Quel est l’intérêt de se dire hypersensible ?

Depuis le déconfinement je me sens légitime (un autre sujet tout aussi vaste) à partager mon point de vue. Et pour vous accompagner au mieux, j’ai fait cet exercice de décrire mon regard, celui que je porte sur ce trait de caractère si singulier. Là est tout l’objet de l’article du jour.

Hypersensible, une simple pièce de votre puzzle

Pendant des années je n’ai jamais entendu parler d’hypersensibilité, de zébré, de haut potentiel ou neuro atypique. Pour l’anecdote, j’ai donné ma première consultation en mars 2019 à une femme qui souffrait de ménopause précoce qui dès les 10 premières minutes m’a dit « Je suis zébrée ». A l’époque je ne savais pas ce que cela voulait dire et ma formatrice non plus. Depuis que j’ai mis le doigt sur ce trait de caractère qui me caractérise tant, j’ai la sensation que tout le monde est soit haut potentiel, hypersensible, tombé dans la douance, hyperempathique, zébré, ultrasensible ! Et j’entends beaucoup de choses à ce sujet.

Pourquoi je ne suis pas hypersensible ? Simplement parce que je ne vogue pas dans mon existence en me présentant sous ce jour « Bonjour je m’appelle Jane et je suis hypersensible ».

Je ne suis pas hypersensible. Je suis moi, dans mes aspérités, mes irrégularités, mes parts d’ombre et de lumière, et dans tout ce qui me constitue, j’ai une sensibilité qui se manifeste parfois plus intensément dans certaines situations. L’hypersensibilité est un trait de caractère, ce n’est pas un tempérament en tant que tel, ce n’est pas elle qui me définit.

A mon sens, l’humain est un puzzle aux multiples facettes. L’hypersensibilité est une des pièces de ce large puzzle qui constitue votre existence.

Désormais je ne dis plus « Je suis hypersensible » mais « J’ai une forme d’hypersensibilité » car encore une fois, l’hypersensibilité est un sujet extrêmement vaste : il n y a pas une seule et unique forme mais de multiples facettes. On parle d’hypersensibles, d’ultrasensibles, hyperempathes, hyperkinesthésiques, hyperlucides. C’est certainement à cause de cela que j’ai mis si longtemps à la rencontrer : je ne me reconnaissais pas dans tous les signes. Effectivement, on montre souvent l’hypersensible sous un angle assez commun : hyperémotif, dépressif, bipolaire ou angoissé. Ces adjectifs ont pour conséquence une errance et une difficulté à s’accepter sous ce filtre de l’hypersensible.

Se rencontrer et créer une communauté d'âmes sensibles

C’est pour cela que j’oeuvre jour après jour à partager, que ce soit sur Instagram ou dans mon groupe privé sur Facebook pour expliquer MON hypersensibilité : celle ci est la mienne et peut être différente de la vôtre. Car il existe autant d’hypersensibles différents qu’il existe d’individus.

Cet article ouvre une nouvelle étape car aujourd’hui, j’ai vraiment envie d’axer davantage mes publications et mes futurs articles à ce sujet.

N’hésitez pas à partager votre vision.

Quelle est votre définition, votre hypersensibilité ? N’hésitez pas à la partager pour qu’on en discute ensemble. Et si vous souhaitez aller plus loin, venez nous rejoindre dans un espace d’écoute et de bienveillance dans le groupe privé destiné aux âmes sensibles et curieuses 😉

Cet article a 1 commentaire

  1. Charlotte

    MERCI pour cet article ! Je me reconnais dans ce que tu écris. Pendant longtemps, je ne reperaks pas les haut potentiels dans ma patiente le alros que certaines de mes collègues n’avaient que des haut potentiels dans leur patientele… De même, j’ai vraiment des difficultés à accepter qu’on définisse quelqu’un comme hypersensible. J’aime l’idée que chacun est unique dans son hypersensibilité et son potentiel et c’est à chacun de s’ouvrir davantage pour aller chercher en l’autre sa richesse. ❤️

Laisser un commentaire