La gestion des émotions chez l’enfant

Je ne suis pas encore maman, et pourtant, je me suis prise de passion pour l’éducation et l’évolution des enfants. Par exemple, ne pas laisser un enfant pleurer est une idée très récente mais je ne comprenais pas pourquoi. Tout comme je ne comprenais pas en quoi Françoise Dolto avait révolutionné le monde de la petite enfance. En 2019 j’ai découvert Catherine Gueguen, une pédiatre qui s’évertue à vulgariser au maximum les neurosciences aux adultes pour nous aider à mieux comprendre le cerveau de l’enfant et ses émotions.

L’enfance et notamment les deux premières années de l’existence jouent un rôle considérable dans notre vie d’adulte. Des pleurs incompris, la parole violente d’un professeur, une humiliation à l’école, le harcèlement scolaire sont autant d’exemples de maltraitance physique ou psychique qui peuvent avoir un impact considérable sur notre vie future. L’objectif de cet article est de vous introduire les neurosciences pour lesquelles je me suis moi même passionnée. Cette discipline toute neuve permet de mieux nous comprendre et en l’occurence de mieux comprendre nos enfants. 

Une pédiatre hors pair

Catherine Gueguen est un électron libre dans le monde de la pédiatrie, elle s’intéresse très tôt à l’haptonomie. Après le succès de son livre Pour une enfance heureuse (Robert Laffont, 2014), elle est devenue une référence dans le monde de l’éducation et de la petite enfance. Spécialisée dans le soutien à la parentalité et en communication non violente, elle donne des conférences et anime des groupes de travail sur l’accompagnement des parents pour les médecins, psychologues, éducateurs et sages-femmes. Elle est la première à introduire les neurosciences pour nous permettre de mieux comprendre le cerveau et les émotions chez l’enfant, chaque parent, futur parent ou professeur d’école doit lire ses livres

Catherine Gueguen a initié un diplôme universitaire à la Sorbonne à destination des pédiatres pour les aider dans l’accompagnement aux parents. Elle organise régulièrement des cercles où chaque parent peut participer : l’idée est que chaque famille échange sur ses expériences, qu’il soit parent de famille nombreuse, futur parent ou parent d’un enfant unique. Je vous laisse découvrir le portrait de cette femme merveilleuse et inspirante dans le podcast La Matrescence. Les informations qui suivent viennent en grande partie de cet épisode.

Le cerveau de l'enfant

cerveau en coupe

Aujourd’hui les recherches sur le cerveau sont révolutionnaires, au XXème siècle on savait déjà que notre cerveau était évolué en fonctions intellectuelles, motrices et sensorielles mais on ne parlait pas d’émotions. Cette notion est extrêmement récente ! Une très grande partie de notre cerveau est dévolue aux relations sociales, affectives et aux émotions. Nous sommes des êtres sociaux, nous avons besoin de relations affectives qui nous fassent du bien : des relations empathiques, chaleureuses et soutenantes. Malheureusement, le monde adulte a pris l’habitude d’humilier les enfants verbalement et physiquement (80% des enfants dans le monde sont humiliés) ce qui est abominable pour le développement de leur cerveau. 

La partie du cerveau qui permet de gérer ses émotions fait partie du cortex préfrontal et du cortex orbitofrontal (juste au dessus de nos sourcils). Cette dernière partie nous permet de réguler nos émotions. Chez l’enfant elle n’est pas du tout mature, on parle de tempête émotionnelle, de véritables paniques, de véritables pleurs et c’est le comportement des adultes qui va permettre la maturation de cette partie du cerveau. Le rôle de l’adulte est d’accueillir et comprendre les émotions de l’enfant, tout en cherchant à l’apaiser et à l’aider à s’exprimer.

Ce cortex orbitorontal est une partie fondamentale et la plus précieuse, car elle permet de gérer nos émotions, de devenir empathique, d’avoir un comportement éthique et moral et qui nous permet de faire des choix (ce qui a de grandes répercussions à l’âge adulte).

Les émotions chez l'enfant

Une émotion, c’est une réaction biologique à un événement, à un stimuli extérieur. Le mot “émotion” vient du latin in movere qui signifie “en mouvement”, c’est cette chose qui nous anime de l’intérieur vers l’extérieur. Les fleurs de Bach (une technique que j’utilise en cabinet)  permettent de traverser une émotion. Elles permettent de réguler un état émotionnel dissonant, aucune émotion n’est éradiquée, cette technique permet de se reconnecter et de prendre conscience des émotions traversées.

Une émotion n’est ni bonne ni mauvaise. Les pleurs, quel que soit l’âge, doivent être entendus et accueillis par l’entourage. Une des meilleures clés de compréhension est de se mettre à la place de l’enfant, car c’est la personne la plus fragile de notre société. 

Tout enfant doit être élevé dans l’empathie et l’affection. Notre cerveau est malléable et se modifie tous les jours grâce à sa capacité de résilience. On parle souvent de l’importance des deux premières années chez l’enfant (je vous parlerai prochainement du concept des 1000 jours).

Les pleurs chez l'enfant

L’enfant est incapable de gérer ses émotions, les caprices n’existent pas d’après le Dr Gueguen car le cerveau de l’enfant est immature, incapable de gérer ses tempêtes émotionnelles. Ce n’est qu’à 25 ans que le cerveau atteint sa maturité. 

De plus, la perméabilité de leur cerveau le rend extrêmement sensible à son environnement : le stress, la colère des parents aura un impact direct sur l’enfant. 

bébé qui regarde en arrière l'air triste

Exprimer ses émotions nous fait du bien et calme l’amygdale cérébrale (une partie du cerveau qui permet la sécrétion des molécules de stress : le cortisol). Le travail sur nos émotions permet de mieux nous connaître quand on travaille sur les causes de celles ci.

Les émotions en naturopathie c’est mon gros cheval de bataille ! Je suis passionnée par ça et le naturopathe peut vous aider dans cet accompagnement. C’est d’ailleurs pour cette raison que je me poursuis ma formation en me spécialisant dans les fleurs de Bach.

Le naturopathe ne retire en rien le rôle d’une sage femme, une doula peut également vous aider dans cette période difficile. S’il n y a qu’une chose à adresser aux mères : ne restez pas seule ! Parlez de vos émotions, de vos baisses de moral, de vos interrogations dans cette nouvelle vie de mère ! Ne soyez pas isolée ! N’ayez pas honte, en naturopathie, on peut aussi vous aider et vous accompagner durant cette période, qui pour certaines d’entre vous, peut être difficile à traverser.

Et vous ? Connaissiez vous cette vision des émotions chez l’enfant ? Comment gérez vous vos propres émotions ? N’hésitez pas à m’en dire plus en commentaire. 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire