Le café : bon ou mauvais pour la santé

Composition du café

  • Les antioxydants

Il y a 2 à 3 fois plus d’antioxydants dans le café que dans le thé vert ou le vin. Ce taux est très variable en fonction des espèces, du terroir, du climat et de sa variété (d’où l’importance de s’informer sur les labels et la provenance du café).

  • La caféine

Le café n’est pas la seule boisson dans laquelle on la retrouve. Elle est aussi présente dans le thé, le maté, et le cacao – on catégorise ces aliments dans la famille des alcaloïdes qui seront gérés par notre émonctoire principal : le foie 🍫☕️

La caféine est le psychostimulant le plus consommé dans le monde, et l’on comprend vite pourquoi au vue de ses effets.

Les bienfaits de la caféine

Bien être et relaxation

Qui ne s’est jamais senti relaxé autour d’un café et d’une agréable lecture un dimanche pluvieux ? 

Éveille l’attention

Le café augmente notre vigilance. Une étude démontre qu’il réduit les erreurs de conduite. Boire une tasse de café équivaut à une sieste de 15 minutes. Cette étude conseille aux conducteurs de s’arrêter et de boire un café si leur taux de vigilance diminue malgré les pauses et les phases de repos nécessaires dans les longs trajets.

Augmente les capacités de concentration

Tout étudiant comprendra de quoi je parle 😁 Le passage de la caféine est très rapide : 2 à 3 minutes pour arriver au cerveau. Au delà de 20 à 30 minutes elle atteint sa concentration maximale et reste constante pendant environ 45 minutes. D’où cette petite voix qui nous pousse vers une énième tasse de café les veilles d’examens.

Le café pour tous ?

fatigue café

On a tous dans notre entourage une personne pour qui café rime avec danger ☢️ Un expresso passé 14 h et ça y est ! Il se met à courir dans tous les sens et l’insomnie est inévitable ! Chez d’autres un expresso en fin de repas au restaurant à 22 h et ils dorment tout aussi paisiblement.

Pourquoi une telle différence ?

Tout cela a pour cause une réponse physiologique. L’enzyme hépatique en charge d’éliminer la caféine est différente selon les individus, c’est pourquoi le café aura des effets bénéfiques chez certains et néfastes pour d’autres. Il y a ce qu’on appelle :

les métaboliseurs rapides (1H) qui avalent des tasses jusque tard dans la journée sans pour autant les empêcher de dormir et qui profiteront des effets positifs de la caféine 🤗

les métaboliseurs lents (5 à 8H) : ceux pour qui le café au delà de 14 h sera à éviter s’ils ne veulent pas faire une nuit blanche 😵

Tout cela dépend du patrimoine génétique et du tempérament hippocratique (le café sera plus bénéfique chez le lymphatique et à déconseiller chez le nerveux).

La caféine possède un récepteur (=une cible) au niveau cérébral sur lequel elle se fixe. Certains portent une forme de ce récepteur qui les rend insensibles aux effets du café et d’autres y sont plus sensibles (la fameuse tasse après 14h).

Les bienfaits du café

  • Effets sur les migraines

La caféine diminue les maux de tête et les migraines par un effet calmant mais aussi en augmentant les effets des médicaments antalgiques. Le café peut aussi déclencher des maux de tête chez ceux qui en boivent trop (toujours cette différence de patrimoines génétique).

La moyenne pour avoir les effets bénéfiques du café sur la santé sont de 3 à 4 tasses /jour = max 400 mg de caféine.

Malgré ces effets positifs cette boisson réconfortante est à éviter chez ceux qui sont sujets à l’hypertension ou à l’arythmie cardiaque.

étude menée par l’INSERM

Il existe différentes études au sujet du café. J’ai particulièrement retenu l’étude menée par Astrid NEHLIG (chercheuse à l’INSERM)

Elle met en évidence l’effet protecteur du café sur le foie, en cas de cancer, cirrhose, hépatite, et stéatose. Il réduit par 3 le risque de développer un Parkinson et retarde l’apparition d’Alzheimer. Une grosse étude a été menée sur plus de 2 millions d’individus sur la réduction des AVC.

Recherche sur le furane dans le café

Le café n’est pas du tout cancérigène il est même protecteur dans certains cancers (prostate, endomètre, foie, pancréas) et neutre dans les autres cas de cancer.

Attention néanmoins

Malgré tous ces bénéfices, le café contient un polluant organique qui s’accumule dans les tissus de l’organisme : le furane

On constate différentes concentrations de ce polluant dans une tasse selon le mode de préparation du café :

  • café instantané : 12-35 ng / ml
  • café en cafetière décaféiné : 14 à 65 ng / ml
  • café en cafetière : 20 à 78 ng / ml
  • café espresso :43 à 146 ng / ml

Les capsules d’une marque “bien connue” présentaient les concentrations les plus élevées, de 117 à 244 ng / ml.

nb : ces chiffres ont été prouvés par Javier Santos et ses collègues de l’Université de Barcelone.

Pour dépasser les doses maximales admissibles, une personne devrait boire au moins 20 tasses de café en capsules par jour !

D’autres polluants, liés au mode de préparation du café comme le bisphénol et les phtalates peuvent migrer des cafetières et des bouilloires ayant des bacs et des tubulures de plastique. Des appareils en inox ou en verre sont plus sécuritaires. 

Pour ces raisons, les modes de préparations à privilégier sont : la cafetière à piston ou italienne et les percolateurs en inox.

Ma vision de naturopathe

Le café reste un aliment acide d’où l’inconfort qui peut être ressenti chez certaines personnes qui ont une sensibilité gastrique. Cette information me permettra de conclure sur une notion essentielle en naturopathie : la notion de terrain et de tempérament hippocratique (que je vous expliquerai dans un prochain article).

Le café n’aura pas les mêmes effets en fonction des individus, et c’est l’idée principale à retenir. Chez moi, par exemple, j’ai pu expérimenter ses effets sur des maux de tête.

Expérimentez, prenez du temps pour observer ses effets (positifs et négatifs) et agissez en conséquence.

L’essentiel reste dans le choix du café, sa préparation et comme pour tout : de ne pas en abuser.

Envie d'aller plus loin ?

Les bienfaits du café, émission radio « Grand bien vous fasse » sur France Inter 

Étude menée par Astrid Nehlig, chercheuse à lInserm

Et vous ? Dans quelle catégorie vous reconnaissez vous ? Métaboliseur lent ou rapide ? Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les poser en commentaire ⬇︎

Laisser un commentaire