Manger bio : la clé pour une vie plus saine

Pourquoi manger bio est il devenu aujourd’hui essentiel ? Pourquoi est ce devenu un choix global, de santé pour nous même et pour notre planète ? C'(est ce que j’essaie de vous expliquer dans cet article. 
 
Acheter bio est de loin le premier conseil que j’adresse à mes clients. Cela vous semble logique ? Et pourtant … de plus en plus de personnes délaissent la qualité au profit de la quantité. Paradoxalement, beaucoup de femmes dépensent des mille et des cents pour la qualité de leurs cheveux, de leurs ongles, de leur peau sans se soucier de leur assiette ! C’est pourtant la base de notre vitalité.

Le fléau de la malbouffe

Jamais nous n’avons eu autant à manger, et pourtant, de plus en plus de personnes souffrent de leur alimentation jusqu’à en devenir malades. On parle de maladies de civilisation (alzheimer, obésité, maladies dégénératives, maladie de Crohn, syndrome métabolique, etc). Elles semblent augmenter au fur et à mesure que les pays s’ industrialisent. C’est le grand paradoxe de notre société : les gens vivent plus longtemps mais en mauvaise santé. 

On ne meurt plus de faim mais de malnutrition.

Quelques chiffres ...

  • en 2012 : 15 millions de français souffrent de maladies chroniques 
  • en 2014 : la moitié des adultes est en surpoids
L’espérance de vie ne cesse de s’allonger, mais dans quelles conditions nos anciens vivent ils ? Nous sommes loin du modèle d’Okinawa.
Le stress et la toxicité de notre environnement ont un impact direct sur notre bien être et notre longévité.
 
3 facteurs sont à l’origine de nos problématiques :
  • l’intoxication directe par contact avec des pesticides
  • la dénaturation de l’alimentation (calories vides, excès/carences)
  • l’hyperstérilisation des aliments industriels qui entrainent une faiblesse immunitaire et un déséquilibre du microbiote

Par le choix d’une alimentation bio, on élimine ces 3 critères.

L'essor de l'agriculture industrielle

XIX – début XX en France : systèmes agricoles en polyculture et polyélevage sont très performants. Ce modèle permet une auto suffisance et les excédents sont vendus sur les marchés et ailleurs. Une multitude de petites fermes offrent un bon rendement et une forte main d’oeuvre.

Après la seconde guerre mondiale, la société n’est plus la même : l’exode rural a dévitalisé nos campagnes. L’agriculture industrielle se développe en même temps que l’industrialisation de la société. Tout le monde gagnent la ville : c’est le grand boum du travail à l’usine, du développement industriel > il faut les nourrir tous ces ouvriers venus des campagnes ! C’est le début de l’industrialisation agricole. Par cette pratique intensive, on a appauvrit le sol et les cultures.

75% des variétés comestibles ont disparu en moins d’un siècle

Aux Etats Unis, l’industrie chimique et mécanique est très florissante (fabrication de chars, de boîtes de conserve, de barbelés durant la guerre). Elle utilise ces mêmes process en agriculture, l’industrie militaire est à l’origine de nos tracteurs, chars, pesticide, engrais (ces derniers sont créés à partir du même procédé de fabrication que les explosifs).

Les pesticides et leur impact sur la santé

Le cas de la France
  • 1er utilisateur européen de pesticides
  • 3 ème utilisateur mondial
  • 1 ère position au niveau européen pour les taux de cancer hormono-dépendants
  • le cancer du sein est 40% plus présent chez des femmes qui utilisent des pesticides dans leur jardin

Les différents pesticides

les fongicides 
Ils sont utilisés pour tuer les champignons.
Jusqu’à l’ère chimiques on utilisait la bouillie bordelaise (tout aussi toxique), remplacée aujourd’hui par des fongicides de synthèse dont la plupart sont cancérigènes.
 
les herbicides 
Les différentes familles : atrazine et glyphosate
atrazine : herbicide très dangereux, incolore dont on peut trouver les traces dans l’eau du robinet.
glyphosate : cancérigène et perturbateur endocrinien.
 
fumigants : on désinfecte le sol 

L'impact positif du bio

> voir étude sur le site nutrinet
en quelques chiffres
  • 25% de risques en moins de développer un cancer
  • 76% en moins de carences 
  • les produits bio ont une teneur plus élevée en micronutriments (notamment les antioxydants)
  • 223 fois moins de résidus de pesticides dans les aliments bio contre 17 pesticides suspectés d’être cancérigènes en conventionnel
  • le lait et la viande contiennent 50% plus d’oméga 3 lorsqu’ils sont bio

Pourquoi manger bio est il plus important lorsqu'on est une femme ?

Le microbiote atteint sa maturité vers l’âge de 2-3 ans, il est très difficile de le modifier à l’âge adulte (phénomène de résilience) il reviendra toujours à ce stade. Ce déséquilibre engendre des maladies digestives, psychologiques, auto-immunes et des fatigues chroniques.

Il existe plus de malformations chez des embryons conçus entre mars et juillet (youpi je suis née le 20 avril 🙂 ce qui correspond à la période d’épandage des pesticides. 

Les effets des perturbateurs endocriniens

  • Les premières règles chez les petites filles apparaissent de plus en plus tôt ( 8 ans pour certaines d’entres elles !)
  • De plus en plus de couples connaissent des problèmes de fertilité

Le sujet est très vaste et fera sans doute l’objet d’un futur article 🙂

Manger bio c’est bien beau mais ça coûte cher !

C’est souvent l’argument choc mis en avant par les opposants au bio. Pourtant, plusieurs entreprises ont opté pour ce modèle économique et ont fait des économies. Certes, cela demande un investissement de départ qui est souvent remboursé plus tard.

Par exemple, dans la région des Alpes Maritimes, la petite commune de Mouans-Sartoux a fait un choix qui parait encore marginale en 2020 : une cantine scolaire offrant des plateaux repas 100%  bio. Ils ont ainsi réduit de 80% leur gaspillage alimentaire, en misant sur des règles simples :

  • limiter la consommation de viande 
  • adapter les quantités à la consommation réelle des enfants
  • une économie de 20 centimes par assiette qui finance le surcoût de l’investissement de départ
Photo de Artiom Vallat

Personnellement, j’ai moi même expérimenté cet écart tarifaire entre bio et conventionnel. Quand j’avais une vingtaine d’années, je m’approvisionnais dans les grandes enseignes type Aldi, Lidl, Carrefour, Monoprix. Je vivais à Lille, célibataire, j’avais des supermarchés à chaque coin de rue, c’était facile. Je faisais des courses tous les deux ou trois jours, sans me rendre compte de mon budget.

Aujourd’hui je vis en couple dans une moyenne ville et les supermarchés ne courent pas les rues, mais j’ai la chance d’avoir un marché local formidable. J’achète à des producteurs locaux et bio des fruits, légumes, du pain, les oeufs, la crémerie (beurre et fromage) et même l’épicerie en vrac (farine, épices, oléagineux, céréales, thé, tisane, etc). 

Chaque semaine on dépense 50 €  pour deux et on tient toute la semaine ! Notre secret ? On achète que ce que l’on a besoin, très peu de viande ou de poisson, on fait tout maison ! A l’époque lilloise, j’achetais encore des cosmétiques, des produits ménagers, des gâteaux industriels et certains plats tout faits. Aujourd’hui il est très rare de se retrouver avec un paquet de cookies dans nos placards, et quand j’en ai envie je les cuisine ^^

En conclusion ... pourquoi manger bio aujourd'hui ?

C’est un choix global : que ce soit pour votre santé, celle de vos enfants, par choix économique (pour notre budget et pour soutenir nos producteurs) et aussi par souci éthique pour notre planète. Nous partageons les mêmes convictions en naturopathie et en agrobiologie : globalité, préserver notre capital de vitalité, préserver notre planète et se respecter soi même.

Acheter une alimentation de qualité, c’est s’honorer soi même, se donner de la gratitude et se respecter. Offrez vous des aliments complets et cessez de vous remplir de calories vides. Vous méritez mieux que cela ! Apprendre à s’accepter c’est aussi commencer par le choix de nos assiettes. 

Félicitez vous si vous avez lu cet article jusqu’au bout 🙂 

J’espère que cet article vous aura inspiré, d’ailleurs, quelles sont vos croyances sur le bio ? Vos à priori ? N’hésitez pas à nous les partager en commentaire.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire